Rechercher

De qui se moque -t-on

Qui financent ces recherches de laboratoires qui ne résolveront en rien les problèmes environnementaux et sociaux qui sont mis en avant pour justifier ce que je ne peux m’empêcher de qualifier de délires fous de chercheurs déconnectés des réalités agricoles, écologiques et sociales dans les pays en voie de développement.

.

En tout état de cause ce faux chocolat n’apporte aucune solution. D’abord parce que l’orge et la caroube qui remplacent le cacao ont eux aussi leurs problématiques environnementales. Surtout dans le contexte de changement climatique et les difficultés croissantes de cultiver de manière durable des céréales en Europe … à moins que le projet caché ne soit de couper la forêt amazonienne pour faire place à des champs d’orge transgénique au Brésil !!!! Et quand on verra que la culture d’orge n’est pas plus durable que celle du cacao, on la remplacera par quoi ? Des produits de synthèse élaborés par des chercheurs chimistes ?


Et puis c’est faire bien peu de cas des millions de petits producteurs qui cultivent du cacao, notamment en Côte d’Ivoire et au Ghana. Qu’est-ce que ces chercheurs imaginent au fond de leur laboratoires en Europe ? Que ces paysans vont abandonner l’agriculture et que les forêts vont remplacer les vergers de cacao ? Si le cacao ne se vend plus, les cacaoyers seront remplacés par des hévéas, des palmiers à huile … car il faut bien que ces agriculteurs vivent et puissent payer la scolarité de leurs enfants !!! Aujourd’hui c’est la culture du cacao qui assure leurs revenus. Ils en vivent mal, c’est certain. Mais les solutions sont à rechercher du côté des voies et moyens pour rémunérer leur production à un juste prix et de la modification des systèmes de culture pour une gestion plus durable de la fertilité des sols, de la biodiversité et une amélioration de la productivité des vergers.


Quand au travail des enfants, il est lié aux difficultés économiques que rencontrent leurs parents, notamment au Burkina et au Mali. Difficultés qui ne prendront pas fin avec le remplacement du cacao par l’orge et la caroube. Et le calvaire des enfants continuera malheureusement . On en rencontre d’ailleurs plus qui travaillent dans le secteur informel, comme apprentis chez les mécaniciens, les vulcanisateurs ou sur les camions que dans les plantations de cacao ivoiriennes. Sans parler des petites filles envoyées comme bonnes dans les grandes villes. Qu'on m'explique en quoi la trouvaille de ces chercheurs va changer la moindre chose à leur triste sort !


Alors quand dira-t-on à tous ces chercheurs d’arrêter de dépenser temps et argent à faire des faux produits pour se pencher sur les problèmes autrement plus importants qui nous menacent tous ! Et puis, au bout du compte, le chocolat n'est pas indispensable à notre survie. Et si vraiment sa production n'est pas tenable pour la planète, alors il faudra apprendre à s'en passer tout court !



26 vues0 commentaire