Rechercher

Nous n'avons visiblement pas tous la même compréhension de la durabilité !

Voila qui ne correspond décidément pas à ma vision d'un approvisionnement durable en fèves de cacao. Même si Olam et Mondelez démontrent que ces 2 000 ha ne sont pas directement ou indirectement prélevés sur le domaine traditionnellement exploités par les petits agriculteurs. Même si ces 2 000 ha sont cultivés en système agroforestier véritable (je demande à voir !) et même si les dispositions sont prises pour réduire l'impact sur la biodiversité, les ressources en eau... il y avait beaucoup mieux à faire que de poursuivre les chimères d'une agriculture hyper productiviste qui semble bien éloigné des efforts à faire pour conserver notre planète vivable.

Voila qui ne correspond décidemment pas à ma vision d'un approvisionnement durable en fèves de cacao. Même si Olam et Mondelez démontrent que ces 2 000 ha ne sont pas directement ou indirectement prélevés sur le domaine traditionnellement exploités par les petits agriculteurs. Même si ces 2 000 ha sont cultivés en système agroforestier véritable (je demande à voir !) et même si les dispositions sont prises pour réduire l'impact sur la biodiversité, les ressources en eau... il y avait beaucoup mieux à faire que de poursuivre les chimères d'une agriculture hyper productiviste qui semble bien éloigné des efforts à faire pour conserver notre planète vivable.


1 600 000 familles cultivent du cacao en Indonésie et on bien du mal à en vivre décemment. C'est en travaillant avec eux que l'on peut mettre en place une chaine d'approvisionnement durable et responsable. En les aidant à remplacer les cacaoyers vieillissant, à lutter contre la Moniliose et le cacao pod borer ou à s'équiper en matériel de taille par exemple. J'aurai surtout préféré que ces deux géants du cacao redynamise la production de cacao par les petits exploitant en mettant en place des centres de fermentation permettant d'obtenir une meilleur valorisation des fèves grâce à une meilleure maitrise des opérations post récolte. Cela permettrait d'offrir une meilleure rémunération des producteurs et aiderait à maintenir et développer une agriculture familiale diversifiée et à taille humaine.

19 vues0 commentaire