Renforcement des compétences à l'export des acteurs de la filière café de Guinée

Fambolena intervient en consortium avec le cabinet Aka Zebra SAS dans le cadre d'un programme de 4 ans appuyé par le Centre pour la Promotion des Importations en provenance des pays en voie de Développement (CBI). L'objet de ce programme est de développer les exportations de café guinéen vers les pays de la Communauté Européenne en renforçant les compétences des acteurs de la filière café via des actions de formation et de coaching.

La Guinée est un petit producteur de café à l'échelle du marché mondial : sans doute autour de 22 000 tonnes. Il s'agit essentiellement de café Robusta cultivé, en système agroforestiers, dans la Guinée Forestière dans les régions de Macenta, Gueckedou et Nzérékoré.  La production de café Robusta dans les monts Ziama bénéficie d'une Indication Géographique Protégée. Du fait de l'altitude (570 mètres) et de la pluviométrie favorable, ce café Robusta présente un profil aromatique particulier qui le distingue des autres café Robustas d'Afrique. Le référentiel de l'IGP impose aussi aux producteurs des bonnes pratiques en matière de gestion de la fertilité des sols, de la protection phytosanitaire et des opérations de post-récolte et notamment un séchage sur claies.

Le café est commercialisé séché et décortiqué par les producteurs auprès d'un réseaux de pisteurs et collecteurs opérant pour le compte de grossistes et d'exportateurs basés dans les villes de Macenta, Guéckédou et Nzérékoré.

La majeur partie du café Robusta guinéen est aujourd'hui exporté vers le Sénégal et vers le Maroc. A coté des petits opérateurs qui traitent chacun de l'ordre de mille tonnes de café à destination du Sénégal, deux grosses entreprises, SONIT et Tafalgui traitent la majeur partie du café Robusta de guinée. Elles disposent d'unité de traitement performantes et exportent vers le Maroc.

Plantation de café Robusta -Guinée
Cerise de café Robusta Guinée
Café Robusta Guinée
séchage-café-Robusta-Guinée

Il y a aussi, dans le Foutah Djallon, une petite production de café Arabica. Cultivé pour moitié par les femmes dans les tapades qui entourent les habitation et, pour le reste le long des cours d'eau, cette production reste confidentielle : sans doute gère plus de 200 tonnes.  Le café arabica du Foutah est traité soit par voie humide, soit par voie sèche. Dans les deux cas, les opérations manuelles prédominent, y compris pour le dépulpage et le décorticage qui sont fait au pilon.

La majeur partie de café Arabica de Guinée est consommée localement ou exportée, par la route, vers le Sénégal.

Lancé en janvier 2021, le démarrage effectif du programme a pris du retard du fait de la situation sanitaire. Dix entreprises se sont inscrites . Un audit initial a été réalisé, d'abord en distanciel puis, en décembre 2021, sur le terrain. Neuf organisations ont été intégrées dans le programme à l'issue. Elles ont des profils très divers : commerçants traditionnels de café vert, petits torréfacteurs, entreprises à mission, coopératives, association gérant l'IGP Ziama et fédérations de producteurs.

Les premières actions n'ont débuté qu'en Avril 2022 avec un cycle de formation sur le marketing dispensé en visioconférence par le cabinet Aka Zebra. Fambolena a pour sa part organisé, en juin 2022, en collaboration avec l’Agence Guinéenne de Promotion des Exportations (AGUIPEX) et Cupping Club, un atelier de formation de trois jours à Conakry sur la qualité du café. Cet atelier a réuni une trentaine de représentants de différents acteurs de la filière café et a porté sur les différents aspects de la qualité: les critères physiques, les défauts visuels, l'analyse sensorielle, la sécurité alimentaire, le conditionnement et la traçabilité.